Violence dans le couple

Filles comme garçons peuvent être victimes ou auteurs de violence, même si ce sont majoritairement des garçons qui font preuve de violence envers des filles.

Dans le couple, l'un des partenaires, et parfois les deux, peuvent être violents envers l'autre.

Cela peut être de la violence verbale, physique, psychologique et/ou sexuelle.

La violence dans un couple peut donc avoir plusieurs formes :

  • De la violence psychologique :

    • Contrôler la vie de l'autre, fouiller dans ses affaires, lui envoyer de nombreux messages ou appels pendant qu'il est à l'extérieur, lui poser des questions sur toutes ses activités (où ? avec qui ?...)

    • isoler l'autre, lui interdire de voir d'autres personnes, l’isoler de sa famille, lui interdire des activités...

    • Insulter l'autre, hurler,  le rabaisser, l'humilier... dans le couple, ou en public.

    • Utiliser des menaces, de rupture... de l'intimidation, du chantage.

    • Détruire des objets appartenant à la personne...

  • De la violence physique : bousculades, coups, brûlures...

  • De la violence sexuelle : obliger l'autre à envoyer des photos intimes de lui/elle, le / la forcer à avoir un rapport qu'il/elle ne désire pas...

 

C'est une relation toxique. La personne violente exerce une emprise, un contrôle sur l'autre.

La plupart du temps, la violence s'installe progressivement. Les actes violents deviennent de plus en plus fréquents et empirent. Cela peut commencer par du chantage, puis viennent les insultes, les gifles, les coups... En utilisant la violence physique et la violence psychologique, l'agresseur renforce son contrôle sur son/sa partenaire qui se retrouve souvent isolé(e).

 

Victime de violence

 

Quand on est victime de violence, on souffre d'une baisse d'estime et de confiance en soi.

On finit par se dire que c'est normal, que c'est comme cela que fonctionne un couple.

La violence dans un couple n'est jamais normale.

 

Il est important de réaliser ce que l'on vit. Des signes d'alarme peuvent nous aider à prendre conscience :

si, dans notre quotidien, on est stressé, on éprouve un mal-être, on a peur (de mettre notre conjoint en colère...), on se dévalorise (on pense que l'on ne sait rien faire de bien...), alors c'est que l'on souffre d'une violence que l'on subit.

Ce n'est pas facile, que cela nous arrive dans notre vie adulte ou bien lorsque l'on est adolescent.

Quand on est jeune, et même plus tard dans notre vie, on n'a pas toujours d'exemples qui nous montrent comment fonctionne un couple.

Parfois même, la violence est le seul modèle  de relation que l'on connaisse. 

Il arrive que l'on pense que correspondre au modèle de l'homme fort et agressif et de la femme soumise et passive permet de former un « couple parfait ».

Pourtant, il est inutile de coller à ces stéréotypes. Fille comme garçon doivent faire respecter ce qu'il/elle est, sa personnalité, ses désirs, ses besoins, tout en étant à l'écoute de ceux de l'autre.

Parfois, on sait que l'on subit des violences, mais on n'ose pas s'opposer, ni quitter l'autre, parce qu'on l'aime, parce qu'on a peur d'être seul(e)...

Il arrive qu'on culpabilise, on pense que si notre partenaire est violent avec nous, c'est que l'on a fait quelque chose de mal, qu'on l'a poussé à faire cela et qu'on le mérite.

Lorsque l'on est victime de violence on n'est jamais fautif ni coupable.

Rien ne justifie une telle conduite, personne ne mérite d'être violenté.

Conséquences de la violence

La violence a de graves conséquences pour la personne qui la subit :

  • Conséquences psychologiques :

    • Manque de confiance et d'estime de soi,

    • Stress, angoisse

    • Souffrance psychologique qui peut se manifester par une grande tristesse, voire de la dépression,

    • Fatigue intense, car l'on est toujours sur ses gardes, par peur de l'autre...

  • Conséquences physiques :

    • Troubles du sommeil, insomnies, cauchemars....

    • Troubles de l'alimentation,

    • Maux de tête, de ventre....

    • Conséquences liées à des blessures, bleus, fractures, lésions internes...

    Conséquences sur la vie sociale

    • Isolement

    • Décrochage scolaire, à cause de problèmes de concentration...

    • Difficulté de faire confiance à d'autres personnes

       

Il arrive également que la personne victime devienne violente à son tour. Dans un couple les deux partenaires peuvent, selon les moments, être agresseurs et agressés.

Etre victime d'agression peut représenter un véritable traumatisme pour nous. Ses conséquences peuvent nous toucher même après que cette situation ait pris fin.

 

Etre aidé pour s'en sortir

 

Il est souvent difficile d'oser parler de ce que l'on vit. Pourtant il est nécessaire de briser le silence et de ne pas rester seul(e) dans cette situation.

Il est important d'en parler à quelqu'un de confiance, un proche, de préférence un adulte.

 

Lorsque l'on n'ose pas se tourner vers un proche, parce que l'on a honte, que l' on a peur de l'inquiéter, il est nécessaire d'aller voir un professionnel, son médecin, un psychologue, qui pourra nous aider sans nous juger.

Nous avons tous des droits. La violence, sous toutes ses formes est punie par la loi.

On peut donc porter plainte auprès de la police ou de la gendarmerie quand on est victime de violence.

Cela fait partie de notre démarche pour se reconstruire, grâce au soutien de nos proches et de professionnels.

 

Tu es ou a été victime ou témoin de violences

tu as a besoin d'en parler : ​

Les psychologues d'Allô Jeunes sont à ton écoute.

O6 12 75 23 64

Tu peux aussi contacter l'Association d'aide aux victimes