Violence et harcèlement

Le harcèlement c’est lorsque une ou plusieurs personnes se moquent, insultent, isolent ou maltraitent une autre personne de façon répétée.

Le harcèlement c’est donc de la violence verbale (insultes, moqueries...), de la violence physique (coups, bousculades, racket…)  et/ou de la violence psychologique (des menaces, des intimidations...) exercée sur une personne

Personne ne mérite de subir le harcèlement ou la violence. 


 

D’où vient le harcèlement ?

Il y a plusieurs causes possibles :

Cela peut venir :

- Du refus des différences entre les personnes d’un groupe

- Du besoin de certains d’exercer leur pouvoir ou leur domination par la force, la violence

- Certaines personnes qui ont été elles-mêmes maltraitées peuvent parfois devenir violentes à leur tour et s’acharner sur quelqu’un.

- Le manque de Loi ou de règles dans un groupe peut aussi poser problème et renforcer la violence.


 

Quels sont les effets sur la personne harcelée ?

Nos émotions 

Lorsque l'on est victime de harcèlement,  on ressent de la tristesse face à ce que l'on subit ; 

de la peur de ce que les autres peuvent nous faire, y compris si l'on en parle, peur que cela ne s'arrête jamais ; du dégoût, de la colère,, envers ceux qui nous maltraitent, mais parfois aussi envers soi-même quand on a l'impression que l'on n"est pas capable de se défendre. 

Psychologiquement

En réaction à ce que l'on traverse, on peut perdre confiance en soi, se dévaloriser (se sentir nul...), s’isoler, se faire du mal ... ou être violent à son tour, car on ne sait plus comment s'en sortir.  Notre agressivité, qui réagit à ce que l'on vit se tourne alors vers les autres, quand ce n'est pas sur nous-même qu'elle s'exprime. 

A long terme, cela a aussi des conséquences, sur nos capacités à nouer de nouvelles relations, à faire confiance aux autres,...

 

Physiquement

On est aussi épuisé, car stressé, angoissé,, toujours sur nos gardes.

On peut aussi ressentir des maux de ventre, maux de tête. Notre sommeil et notre appétit peuvent être perturbés. Et bien sur, les blessures, hématomes..  sont les conséquences des violences physiques. 

 

Plus la situation dure, plus les violences sont répétées et plus les conséquences sont profondes et durables.

Etre victime de harcèlement peut créer un véritable traumatisme ou nous entraîner dans une  dépression qui peut nous mener jusqu'au suicide si l'on n'est pas aidé, accompagné, pris en charge.

 

Quand on subit du harcèlement, on a besoin d’aide,.  Souvent, il n'est pas facile d'en parler à quelqu’un à cause des sentiments de honte ou parce que l'on a peur des représailles.  Pourtant, il est très important de ne pas rester seul et de briser la loi du silence. 


 

Quels sont les différents lieux possibles de harcèlement ?

Le harcèlement direct à l’école, au collège, au lycée, à la fac

Le harcèlement dans les quartiers

Le harcèlement sur le lieu de travail ou d’apprentissage

Le harcèlement exercé par un membre de la famille (parent, beau-parent, frère, sœur…)


 

Que risque le ou les harceleurs ?

Le harcèlement est puni par la loi.

Dans l’établissement, le ou les harceleurs risquent de faire l'objet d'un conseil de discipline et d'être exclus. Si l'on porte plainte au commissariat, le harceleur risque un an de prison et une amende de 15 000 euros.

Le cyber-harcèlement, qu'est-ce que c'est ?

C’est un harcèlement indirect par les textos ou bien sur les réseaux sociaux tels que Facebook

Quelques exemples :

- Par téléphone : Appeler ou Envoyer des textos à quelqu'un pour se moquer, l'insulter ou le menacer

- Sur internet : Filmer et diffuser la vidéo ou des photos de quelqu'un sans son accord

- Sur les chat, forum ou les réseaux sociaux :

            Insulter, Harceler par des messages

            Liker des messages humiliants, insultants à propos d'une personne (Devenir complice du harceleur)

            Pirater le compte de la victime et envoyer des messages humiliants ou insultants en son nom,

            Créer un faux compte pour harceler,

            Chantage et menace de diffusion de photos et vidéos à caractère sexuel.

Le cyber-harcèlement est très pesant pour la victime, car cela ne s'arrête pas au temps de l'école, c'est du 24h/24 et 7j/7. Même chez elle, la victime subit ce harcèlement. Il accompagne souvent le harcèlement que l'on subit à l'école, au collège ou au lycée.

Ce harcèlement entraîne les mêmes conséquences quand on en est victime que le harcèlement scolaire.

 

Sur internet, l'anonymat pousse parfois d'autres personnes à se joindre au cyber-harcèlement : des personnes qui n'oseraient pas s'en prendre à nous physiquement, ou dans la réalité, ou même parfois des personnes que l'on en connait pas vraiment, qui ne font que 'liker' les commentaire de leurs amis....

Cela rend toujours plus pesant cette forme de violence pour la victime. 

Personne ne mérite de subir le harcèlement ou la violence.

Briser la Loi du silence est le meilleur moyen et souvent le seul pour en sortir.

Qui peut aider ?

Il est important d'en parler à une personne de confiance, adulte de préférence (ses parents, un professeur, l'infirmière de l’établissement, la(le) CPE...)

Ou un ami adulte ou qui connaît des adultes à qui on peut parler

Si on ne trouve personne à qui en parler ou que cela n’a rien changé :

 

Appele-nous ou envoie-nous un message : Allo Jeunes 34 vous écoutera et vous aidera à trouver des solutions. (c’est anonyme et gratuit )

O6 12 75 23 64

Du Lundi au vendredi de 14h à 18h


 

Vous pouvez aussi appeler directement le numéro vert

N° VERT « NON AU HARCÈLEMENT» : 3020

Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 18h (sauf les jours fériés)

 

Si le harcèlement a lieu sur internet, appelez le :

N° VERT « NET ÉCOUTE » : 0800 200 000

Gratuit, anonyme, confidentiel et ouvert du lundi au vendredi de 9h à 19h

 

Conseils : 

 

Si on le peut, noter la date, l’heure, les personnes présentes, la description de ce qui se passe, leur répétition, nous aidera pour expliquer ce qui se passe.

Il est aussi important de penser à conserver les preuves du harcèlement si on en a.

Par exemple : sur les médias sociaux (capture d’écran, textos, mails…).

Aller voir le médecin ou l’infirmière scolaire si on a des bleus, d’autres marques ou si on se sent mal. on peut alors profiter de cette visite pour parler du problème. Ils sauront quoi faire et pourront nous conseiller