Je ne vois plus l'un de mes parents

Il arrive que l'on ne voie plus son père ou sa mère, que l'on n'ait plus de contact avec lui/elle souvent à la suite du divorce ou de la séparation de ses parents.

Cela peut être douloureux de ne plus avoir de relation avec un parent ni même de ses nouvelles, que la situation soit subie ou choisie.

Je ne l'ai plus revu depuis la séparation de mes parents

 

Après un divorce, ou une séparation, il arrive que le parent qui n'a pas la garde de ses enfants, souvent le père, parte vivre ailleurs, ne donne pas de nouvelles et ne réponde plus à nos coups de téléphone, nos messages...

Que l'on soit enfant, adolescent ou même adulte, on peut vivre cela comme un très violent rejet.

On peut être en colère, en vouloir à ce parent qui nous donne le sentiment d'avoir été abandonné.

Il est normal également d'être triste, de souffrir de cette situation. Notre père ou notre mère nous manque.

Il peut arriver alors que l'on perde confiance en soi, que l'on doute de sa valeur. On se dit que l'on n'est pas digne d'être aimé.

Parfois, on ne comprend pas ce qui arrive, on se sent perdu « Pourquoi mon père ou ma mère ne veut plus me voir alors que l'on s'entendait bien avant que mes parents divorcent ? » Il arrive que l'on culpabilise, que l'on se demande si l'on a fait quelque chose de mal.

 

On peut être partagé entre la colère envers le parent que l'on ne voit plus, et l'envie de le voir pour combler le sentiment de manque que l'on peut ressentir.

Nous ne sommes pas responsables des choix de nos parents, ni de la séparation, ni de la volonté d'un parent de ne plus nous voir.

 

Je ne veux plus voir mon père / ma mère

 

Parfois, on fait le choix de ne plus voir son père ou sa mère. On peut le faire quand on est adulte et que l'on a son propre domicile, mais aussi à l'adolescence, si nos parents acceptent notre demande.

 

Cela peut être parce que l'on en veut trop à son père ou sa mère, ne plus le/la voir serait en quelque sorte le moyen de lui faire comprendre que l'on souffre de la décision qui a été prise.

A l'adolescence, cela peut aussi faire partie de notre processus d'autonomisation. On rejette le parent qui est « trop strict » avec nous, avec qui « on ne peut rien faire ».

 

Quand on est adulte on a parfois l'impression que l'on n'a jamais rien partagé avec son père ou sa mère, et que l'on n'a donc pas le besoin, l'envie de garder le contact. Là encore, cela peut être notre façon de réagir face à une situation qui nous touche.

 

Le plus souvent, lorsque l'on ne souhaite plus voir un de nos parents, c'est au fond parce que l'on prend partie, malgré nous, pour le parent avec qui l'on vit. C'est fréquent lorsque l'on vit la plupart du temps chez sa mère, que l'on est témoin de son mal-être. On a alors envie de la protéger en rejetant son père, qui souffre certainement aussi, mais sans que nous y soyons autant exposé.

Il est important de s'interroger sur les raisons pour lesquelles on ne souhaite plus voir son père, ou sa mère.

Est-ce vraiment parce que j'en ai besoin, parce que je lui en veux trop, pour me protéger face à mes sentiments difficiles à gérer? Ou parce que je culpabilise d'aller chez mon père / ma mère et de laisser l'autre parent seul ?

Quand c'est avec son beau-parent que c'est difficile

Parfois, c'est à contrecœur que l'on exprime notre volonté de nous plus voir son père ou sa mère.

Il arrive que nos parents refassent leur vie avec quelqu'un d'autre. Cela peut mal se passer avec notre beau-père ou notre belle-mère.

On veut voir sa mère ou son père, partager des moments avec lui, mais celui-ci est accaparé par sa nouvelle compagne, ou par les enfants qu'il a eu avec elle.

On peut alors se sentir abandonné d'une autre façon, on se sent délaissé.

On a l'impression de ne pas être soutenu, voire même, de ne pas avoir d'importance. Cela peut faire naître en nous un grand besoin de reconnaissance.

On peut en vouloir à notre parent de ne pas prendre notre défense face à un beau-père ou une belle-mère qui ne nous traite pas bien.

Il arrive alors que l'on décide de ne plus avoir de contact avec son père ou sa mère car la situation est pour nous insupportable. Mais parler directement avec son père ou sa mère de notre mal-être peut parfois éviter d'en arriver à cette décision difficile. On peut parfois trouver d'autres solutions. 

 

Vivre avec cette situation

 

Ne plus avoir de contact avec l'un de ses parents peut être douloureux.

Nous aurons alors à nous construire avec ce manque et nos émotions et sentiments qui évolueront avec nous.

Nous aurons besoin de faire le deuil du parent idéal que nous imaginions, désirions. Lorsque notre père ou notre mère part sans donner de nouvelles, cela nous fait souvent ouvrir trop brutalement les yeux sur qui est vraiment notre parent. Ses défauts nous apparaissent brutalement. Accepter la situation, que nos parents ne sont pas parfaits, nous aidera pour nous construire.

La situation évolue parfois. Il arrive que cela soit temporaire. Quand il s'agit de notre décision, il n'est jamais trop tard si l'on souhaite renouer avec son père ou sa mère et que l'on s'en sent capable.

Lorsque c'est le parent qui est parti, il nous appartiendra, s'il revient vers nous, d’accepter cela ou pas.

 

Souvent, nous ne sommes pas seuls à vivre cette situation. Lorsque nous avons des frères et sœurs, on peut partager avec eux ce que l'on ressent. Cela fera du bien, même si nous ne vivons pas la situation de la même manière.

Le parent avec qui l'on vit peut aussi nous apporter du réconfort ou simplement nous permettre d'exprimer ce que l'on a sur le cœur.

On peut également se tourner vers le reste de la famille (cousins, grand-parents, oncles...) ou des amis en qui on a confiance.

 

Si la situation nous semble trop compliquée, que l'on a peur d'en parler, peur de faire de la peine au parent avec qui l'on vit, on peut aussi se tourner vers un professionnel, une personne extérieure avec qui on peut parler sans crainte.

Besoin d'en parler ? 

Un psychologue d'Allô Jeunes 34 est là pour t'écouter.

06 12 75 23 64