Les parents divorcent

ou se séparent

Lorsque les parents nous annoncent leur séparation : 

Parfois on n'est pas vraiment surpris; on s'y attendait à cause des nombreux conflits entre eux, même si on est triste que cela se termine ainsi.

 Pour d'autres, c'est la douche froide ou bien la sensation que le monde s'écroule. Tout ce en quoi on croyait n'existe plus.

 

Qu'on ait 11 ou 25 ans, cela va faire émerger différentes émotions et réactions en nous.

Nos réactions et émotions

 

En réaction à cette séparation, de nombreuses émotions, parfois contradictoires, peuvent nous envahir, on peut se poser beaucoup de questions.

 

On peut être inquiet, avoir peur, on se demande comment vont se passer les choses, ce qui va changer dans notre vie, comment vont évoluer sa relation avec ses parents...

On peut être triste, la séparation de ses parents, c'est la fin d'une situation familiale qu'on a connue, on peut aussi être triste pour ses parents, de voir qu'ils sont mal... 

On peut ressentir un fort sentiment d'abandon ou se sentir "trahi".

 

On peut aussi ressentir de la culpabilité, avoir l'impression (à tort) que c'est de notre faute, que l'on est responsable de cette séparation ou que l'on n'a pas su faire en sorte que nos parents restent unis, comme si c'était aux enfants de cimenter le couple...

 

On peut aussi être soulagé. Quand les disputes font rages depuis un moment à la maison, que l'on sent que ses parents ne peuvent plus supporter de vivre l'un avec l'autre, il n'y a pas de honte à avoir si le divorce de ses parents nous apporte du soulagement.

Cela ne veut pas dire que l'on ne ressent pas en même temps d'autres émotions.

 

On peut aussi avoir peur de trahir l'un de ses deux parents en exprimant son choix par exemple de vivre chez l'un plutôt que l'autre.

Il arrive qu'on en veuille à ses parents, à celui, qui part, à celui qu'on imagine responsable, ou même aux deux. Cela peut nos mettre en colère.

 

Tout ces émotions sont normales, il s'agit d'essayer de faire face aux changements à venir.

Elles ne sont pas à taire, il n'est pas bon de tout garder pour soi. On peut se confier à des amis, un membre de la famille, à un psychologue qui est plus neutre. 

En parler à ses parents est aussi important car même s'ils se séparent, ils sont toujours là pour prendre soin de nous.

Dans tous les cas c'est un changement auquel il va falloir s’adapter. A présent on va se partager entre deux endroits, deux familles. Mais cela va aussi permettre de nouvelles relations, rencontres, activités qui vont enrichir notre expérience et notre vie.

Comment faire avec les conflits ?

Le mieux est de ne pas s'en mêler; ce qui ne fait qu'aggraver la situation et surtout nous amène beaucoup de souci et prend toute notre énergie. 

C'est aux parents de régler leur problème même si on est tenté de protéger celui qu'on estime le plus faible. Rappelons-nous que ce sont des adultes et que la plupart du temps ils ont longuement réfléchi à leur décision.

Leur séparation on n'y peut rien. On peut avoir envie de réconcilier ses parents, mais ce n'est pas à nous de le faire, ce n'est pas notre place.

On peut parfois se laisser entraîner dans les conflits, prendre partie pour l'un ou l'autre, mais c'est un piège à éviter.

Pouvoir en discuter, pour que les choses soient claires fera du bien à tous, parents, comme enfants.

Je suis adulte, mes parents divorcent

 

Le divorce des parents est malgré tout une épreuve difficile psychologiquement. 

Dans certains cas, cela peut même être plus difficile, car les parents nous traitant en adulte peuvent se confier à nous, ne rien nous épargner, nous prendre à parti, nous dresser contre l'autre parent.

Même si l'on a envie de les aider, il vaut mieux se protéger de ces conflits, on a déjà ses propres émotions, son propre « deuil » à faire, sa vie à mener. Il faudrait leur dire que c'est leur histoire et leurs raisons qui ne nous regardent pas. Pas questions d'arbitrer ou de juger, ou de servir d'intermédiaire. L'idéal serait de garder contact, même épisodique avec les deux parents car ils sont nos racines et nous aident encore à nous construire.