Comment bien vivre le confinement dû au COVID 19

Aujourd’hui, comme tout le monde, tu es confiné chez toi à cause du Coronavirus. Cette situation nouvelle peut te mettre en difficulté.

Tout d’abord, il faut te dire que c’est totalement normal de te sentir mal. Toutes les études scientifiques montrent que les gens développent plus rapidement des sentiments négatifs dans ce genre de période.

Tu peux ressentir de la peur, la peur du virus et d’être malade ou que tes proches soient malades. Tu peux aussi avoir peur de ne pas savoir quand et comment cette situation va s’arrêter. Tu t’inquiètes aussi pour tes études qui sont suspendues ou pour ton travail.

Tu peux aussi te sentir triste, triste d’être éloigné de ta famille, de tes amis et mal vivre cette situation d’ennui.

Tous ces sentiments sont totalement normaux mais ils ne sont pas que négatifs.

La peur va te permettre de faire preuve de prudence et de faire attention à toi et à tes proches. La tristesse peut également t’informer qu’il est nécessaire de prendre soin de toi dans cette situation difficile.

Concrètement, qu’est-ce que tu peux faire pour mieux vivre ce confinement ?

Tout d’abord, dis-toi que tu fais comme tu veux et comme tu peux, nous allons te donner quelques idées et quelques conseils, mais le plus important est de t’écouter et de faire ce qui te paraît le mieux pour toi. Il n’y a aucune obligation à faire ceci ou cela.

. Trop d'émotions ou de frustrations

Si tu vis une tempête émotionnelle ou si tu réagis mal aux frustrations imposées par le confinement, il faut pouvoir en parler ou bien écrire ce que tu ressens ou encore dessiner ou faire du sport d'appartement suivant ta personnalité. Cela peut te soulager. Mais voici d'autres conseils qui pourront t'aider.

  • Rompre l’isolement en appelant tes proches ou tes amis, ou par visio

Le confinement sert à établir une distance physique pour que chacun se protège du virus, mais pas une distance sociale. Tu avais l’habitude de voir ta famille ? N’hésite pas à les appeler plus régulièrement, pour prendre de leur nouvelle et leur parler de toi.
Tu avais l’habitude de sortir régulièrement avec tes amis ? N’hésite pas par exemple à organiser des soirées jeux en visio par facetime ou messenger ! Tu peux conserver un lien avec les gens que tu aimes même si celui-ci n’est pas physique

Tu vis seul (e ) et tu n’as plus de contact avec ta famille ou peu d’amis : rapproche-toi par internet ou téléphone de personnes qui te font du bien. Contacte-les régulièrement afin de créer de nouvelles habitudes de communication. Si tu n’as personne à qui parler, nous sommes là pour toi. Contacte Allô Jeunes.

  • Donne-toi quelques objectifs chaque jour

Être confiné limite nos activités habituelles. Tu es face à un temps qui s’allonge, qui peut vite t’ennuyer et casser tous tes repères. Ce qui peut t’aider c’est de structurer ton temps. Tu peux par exemple te donner quelques objectifs chaque jour qui permettront de te donner une petite routine.

Nous te conseillons de garder quelques repères que tu avais déjà, ne pas te lever trop tard, manger à peu près à heures fixes, continuer à te laver et à t’habiller normalement.

Tu peux aussi te donner une activité à faire par jour, un peu de ménage, un peu de cuisine, lire un bon livre, profiter d’une série, réviser un peu… Tout est possible ! Cela te donnera une chose à faire sur ta journée

  • Des jeux-vidéos, des séries, des films oui… mais pas trop

Tu peux bien sûr en profiter pour utiliser toutes les activités sur écran. Mais attention, si tu passes trop de temps sur Netflix, tu risques d’être plus angoissé et de développer plus d’émotions négatives. Les écrans dégagent de la lumière bleue, c’est elle qui à haute dose va te rendre nerveux.

  • Fais toi plaisir sur ce que tu manges… mais sans exagération

Manger des plats qui te plaisent sans trop te prendre la tête te fera du bien. Mais comme les écrans, si tu manges tout le temps du gras ou du sucre, ton corps finira par ne pas se sentir bien et ça va t’angoisser. Bien manger, c’est-à-dire à la fois équilibré et à la fois en te faisant plaisir (des cookies ou un hamburger n’a jamais tué personne et ça fait du bien !) participent à créer les hormones du plaisir.

  • Ne passent pas tout ton temps à écouter les infos

Se tenir informé c’est bien. Mais entendre en boucle toute la journée les chaînes infos risque d’augmenter sans raison tes inquiétudes. Si tu écoutes les informations une fois par jour, c’est bien suffisant. Tu n’apprendras pas plus de choses en regardant BFM toute la journée.

  • Un peu de sport

Un peu de sport ou d’activité physique va te faire du bien. Comme tu sors moins, c’est d’abord important de conserver un petit peu d’activité pour ton corps. Mais c’est surtout que l’activité physique dégagent des hormones du bien-être qui vont t’aider à être moins stressé et moins triste. Pas forcément des pompes ou des abdos, la cuisine, le ménage, des petites activités qui mettent ton corps au travail te feront du bien.

  • Tente de faire ce que tu as toujours voulu faire

Cette situation de confinement est pénible et lourde et nous ne pouvons pas la changer. Mais tu peux changer le temps que tu as. Plutôt que de voir ce temps comme quelque chose que tu subis, tu peux te dire que c’est toi qui décides d’en profiter. Tu as toujours voulu apprendre quelque chose ? Voulu changer les meubles de place ? Passer plus de temps à faire une activité que tu aimes bien ? C’est l’occasion ! N’hésite pas à fouiner sur internet pour trouver par exemple des tutos faciles à faire pour quelque chose que tu as toujours voulu essayer.

  • Un peu de révisions ? ou une nouvelle formation à distance ?

Paradoxalement, cela peut te rassurer de continuer à réviser un petit peu. Cela te remettra dans le bain des habitudes que tu avais déjà et te permettra aussi de te rassurer quand tes études reprendront normalement.

Si ton travail a dû s’arrêter, tu peux en profiter pour te former à distance : apprendre une nouvelle langue ou acquérir de nouvelles compétences.

  • Tu vis en couple ? Chacun son espace et son activité, si c’est possible

Vivre 24h/24 avec une personne n’est pas facile, même si l’on est amoureux. Il faut essayer au maximum d’avoir un petit espace pour soi. Même si tu vis dans un studio, tu peux essayer de définir avec ton partenaire un temps qui n’est que pour toi et pour l’autre, pour faire tes propres activités, puis ensuite définir des temps en communs.

Quand tu sors prendre l’air une fois par jour, tu n’es pas obligée de le faire avec ton partenaire. Ce qui vous donnera des temps individuels pour chacun.

. Les relations familiales

Si tu vis chez tes parents, tu vas aussi voir ta famille réagir au stress du confinement. Il va falloir être patient et accepter de petits débordements et quelques tensions de part et d'autres, surtout le temps de s'habituer à la nouvelle organisation du foyer. Chacun doit trouver son espace, ses activités, ses temps en commun et participer aux corvées.  Après une période d'adaptation, les liens familiaux peuvent se resserrer car vivre une épreuve en commun, ça soude la famille. Parfois c'est le contraire, on étouffe. Il faut se laisser un peu de temps. Cela peut évoluer. A chacun de faire respecter son territoire, ses limites et à chacun de rester attentif aux autres.

Il est important d'exprimer  clairement et calmement ce que tu ressens, ainsi que d'exprimer tes besoins en cas de conflit, tout en écoutant ceux de l'autre. Si l'ambiance familiale devient insupportable, appelle Allô Jeunes, nous pourrons en parler et trouver des solutions pour améliorer.

 

  • Un peu de méditation ?

La méditation est très efficace contre le stress et l’anxiété. Il y a des techniques très simples que tu peux trouver sur youtube, où il suffit de te concentrer sur ta respiration. Ne serait-ce que 5 ou 10 minutes par jour te feront du bien !

 

  • Protège-toi et protège les autres

Le temps dont tu disposes peux te permettre de te fabriquer un masque ou une solution hydro alcoolique, de recycler des gants.  Mais le plus important est de te laver très souvent les mains, ainsi que la figure et les cheveux avant et après les courses ou les rares sorties. En tant que jeunes personnes, tu ne risques pas grand chose de grave si tu es contaminé, mais tu pourrais contaminer des personnes plus âgées et plus fragiles.

Si tu as un rhume, met un masque pour sortir et surveille ta température. Si tu as 38° ou plus, ou si la toux a pris le relai, contacte un médecin.

 

 

  • Mal-être 

Si tu réalises que le confinement aggrave ton mal-être

et que tu présentes plusieurs de ces symptômes :

  • un abattement ou une tristesse qui dure,

  • des troubles importants du sommeil ou de l’alimentation,

  • des idées noires,

  • des troubles importants de l’humeur

  • une rupture de communication avec les autres ou un isolement volontaire et total,

Alors appelle ou contacte Allô Jeunes sans attendre. Un de nos psychologues pourra t’aider, t’écouter, évaluer ta dépression et éventuellement t’orienter en plus vers un médecin.

 . Addictions

Le manque d'approvisionnement en drogues en raison du confinement te procure, si tu as une addiction, une formidable occasion de recouvrer ta liberté grâce au sevrage. Liberté d'être toi-même, liberté d'agir autrement, de penser autre chose que "comment s'en procurer et quand en consommer", ce qui occupait une grande partie de ta journée. Prendre cette décision est chose aisée, tenir bon en est une autre, car tu seras confronté au manque, puis à la déprime, même pour le cannabis. Tu dois te faire aider par un médecin qui peut te prescrire différents médicaments transitoirement, afin de bien supporter le sevrage et d'éviter la rechute. Concernant l'alcool, drogue dure qui, quand elle te tient, ne te lâche pas facilement, un traitement pour le sevrage est obligatoire, afin de ne pas risquer un délirium tremens mortel, si tu arrêtes brutalement.

Si tu prends cette décision, tu vas pouvoir développer d'autres intérêts, d'autres communications, d'autres expériences. Tu vas de te libérer de cette terrible et insidieuse dépendance qui t'enferme et te perd. Tu vas devenir peu à peu un être libre, grâce à une psychothérapie que tu peux commencer à distance pendant ou après le sevrage, en parallèle avec la poursuite d'un traitement médical sur quelques mois.

Pour conclure :

Le confinement est une nouvelle expérience un peu inquiétante. Elle te confronte à l'incertitude, à tes peurs. Mais elle peut être aussi une période qui va te permettre de faire le point, de penser à toi, de mieux te connaître, de te découvrir de nouvelles aspirations, nouveaux goûts ou nouvelles compétences, de créer de nouveaux liens avec tes proches. Tu vas aussi pouvoir te reposer et vivre un peu à ton rythme et c'est une chance quelque part. Ne te mets pas trop de pression, tu verras que de nouvelles idées te viendront pour occuper ton temps de manière profitable et pour régler des problèmes que tu pensais insolubles.

Toute l’équipe des psychologues Allô Jeunes est là pour toi, n’hésite pas à nous joindre au numéro suivant : 06 12 75 23 64. Nous pouvons organiser des consultations gratuites par skype ou en visio sur Messenger par exemple, à moins que tu préfères une conversation téléphonique ou des échanges de mails.